Mycose de la bouche

La mycose de la bouche ou muguet reflète une infection touchant la zone buccale et met en avant la levure candida albicans. Elle augmente en grand nombre et provoque une réaction désagréable. Le champignon existe naturellement dans la flore gastro-intestinale et génitale en cohabitant parfaitement avec les autres bactéries protectrices chez une personne saine. Sa prolifération vient de la fragilité du système immunitaire en se multipliant anormalement. Que dire des spécificités et d’où viennent vraiment ces germes ?

Une maladie infectieuse bactérienne

D’emblée, le muguet se définit comme une maladie infectieuse causée par une bactérie qui cible surtout la muqueuse buccale. L’infection touche principalement le nourrisson, les diabétiques, les individus porteurs du VIH, la prise régulière de médicaments et les seniors porteuses de prothèse dentaire. Chez l’ensemble de ces sujets, les défenses de l’organisme s’affaiblissent et se trouvent dans une position vulnérable. Concernant les signes visibles, le muguet entraine l’apparition d’enduit blanchâtre localisé sur les muqueuses buccales des patients. Chez les bébés, la substance peut être confondue par du lait caillé après la prise du  biberon ou au moment de la tétée. L’évolution de la mycose se déroule en fonction du développement de la maladie et sa persistance en citant entre autres :

  • L’inflammation de la muqueuse accompagnée d’une couleur rougeâtre et état asséché.
  • Recouvrement d’une partie blanche sur la paroi des joues, la langue et le pharynx.
  • Une douleur légère au moment d’avaler qui s’étend jusqu’à l’œsophage
  • Une possibilité d’affecter les autres parties du corps comme les ongles et les plis cutanés.
  • Douleurs renvoyant une sensation de brûlure lorsque la personne mange, mastique ou avale quelque chose.

En laissant traîner l’infection, elle provoque parfois une modification ou perte de goût et une sensation gênante dans la bouche. Autant de symptômes qui peuvent survenir selon la prise en charge et la gravité.

Faire un bon diagnostique

La maladie exige une consultation aidant à réaliser un bon diagnostic et un examen approfondie en vue de choisir un traitement adapté. Le constat s’effectue cliniquement en passant par un prélèvement des candidoses et la mise en culture dans le but de confirmer la présence du champignon. Dans ce cas, le spécialiste propose en premier des médicaments antifongiques disponibles en comprimés ou en pastilles à sucer et une application locale à base de crème ou pommade. Si le muguet entraîne une gêne dans la déglutition, l’administration d’un antimycosique par voie orale s’avère indispensable. On peut très bien soigner l’infection par le biais des remèdes naturels facilement disponible en concoctant une petite recette. Par exemple, le gargarisme avec de l’eau salée, l’ail, l’arbre à thé ou encore le thym.

Se prévenir d’une infection

La prévention consiste à ménager la bouche en accomplissant des soins dentaires réguliers. Brosser les dents à chaque repas et réduire la consommation des produits sucrés et acides. Une alimentation riche en probiotiques indique aussi une bonne alternative. Non contagieux, il est tout de même préférable d’entretenir l’intérieur de la bouche en ayant une hygiène irréprochable. L’automédication est vivement déconseillée au risque d’obtenir des conséquences désastreuses.